Exploitation scientifique des enregistrements historiques des marégraphes

Depuis plusieurs années le Shom travaille, en collaboration avec Sonel, à la reconstruction de séries de mesures de hauteurs d’eau. S’appuyant sur des compétences très spécifiques, ce travail consiste à la sauvegarde d’observations historiques séculaires du niveau de la mer et à l’étude les variations des composantes du niveau marin à plus ou moins long terme. Cette activité s’inscrit dans le cadre du programme international GLOSS (Global Sea Level Observing System) de la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO. Déjà, plusieurs séries séculaires ont été reconstruites : Marseille, Brest, « littoral rochelais » et dernièrement Saint-Nazaire. Cependant, le travail reste considérable car l’immense partie des archives de mesures de hauteur d’eau n’a pas encore été exploitée. Pourtant les longues séries d’observations marégraphiques aident à la compréhension et à la quantification des effets du changement climatique sur le niveau de la mer.

Voici une communication faite au printemps 2017 par Nicolas Pouvreau et son équipe lors de journées de recherches IGN :

Presentation_N_Pouvreau_et_al_24_03_17_matin

Quand un graveur veut se faire savant

Sébastien Leclerc (1637-1714) est aujourd’hui reconnu comme l’un des meilleurs graveurs de son temps. Passionné de sciences, il composa un Nouveau système du monde auquel Rémi Mathis, conservateur des estampes à la BnF, consacre un article de la revue « Nouvelles de l’estampe », numéro 257, hiver 2016-2017. Jacques Gapaillard et Colette Le Lay, du GHACFV, lui ont prêté leur concours pour tracer le contexte scientifique de l’oeuvre et la décrire.

La notice de l’article est disponible sur HALSHS.

Bicentenaire de Delaunay

Delaunay

Charles-Eugène Delaunay (1816-1872) fut un très éphémère directeur de l’Observatoire de Paris de 1870 jusqu’à sa mort accidentelle en 1872. Mais il fut aussi un membre éminent du Bureau des longitudes. Aujourd’hui encore, les mécaniciens célestes utilisent sa monumentale Théorie de la Lune. Afin de lui rendre hommage pour le bicentenaire de sa naissance, Colette Le Lay a proposé, sur le site Bibnum, l’analyse d’une introduction à la théorie de la Lune contenue dans les manuscrits des PV du Bureau des longitudes, récemment numérisés.

Dortous de Mairan dans la Revue d’histoire des sciences

9782200930141-001-X_0

Le numéro 68-2 de la Revue d’histoire des sciences, consacré à Dortous de Mairan, à la suite du colloque qui s’était déroulé en 2011, est paru. Stéphane Le Gars y propose une contribution sur les aurores polaires et Colette Le Lay et Frédérique Rémy un chapitre sur la Dissertation sur la glace.

Longitudes re-examined

image-service.asp

Après le colloque « Longitudes re-examined » de Greenwich, en juillet 2014, le National Maritime Museum de Greenwich publie un ouvrage qui souhaite sortir de l’affaire John Harrison et des fables de Daval Sobel.

Richard Dunn et Rebekah Higgitt sont associés, comme nous, au projet autour des Procès-Verbaux du Bureau des longitudes (1795-1930), piloté par Martina Schiavon et Laurent Rollet, de l’Université de Lorraine. Ils viennent de publier un ouvrage collectif pour lequel Guy Boistel a rédigé un chapitre.

Lien éditeur (PalgraveMcMillan) : http://www.palgrave.com/page/detail/navigational-enterprises-in-europe-and-its-empires-1730%E2%80%931850-richard-dunn/?isb=9781137520630

Table des matières et extraits : http://www.palgrave.com/resources/sample-chapters/9781137520630_sample.pdf

Bonne lecture