Quand un graveur veut se faire savant

Sébastien Leclerc (1637-1714) est aujourd’hui reconnu comme l’un des meilleurs graveurs de son temps. Passionné de sciences, il composa un Nouveau système du monde auquel Rémi Mathis, conservateur des estampes à la BnF, consacre un article de la revue « Nouvelles de l’estampe », numéro 257, hiver 2016-2017. Jacques Gapaillard et Colette Le Lay, du GHACFV, lui ont prêté leur concours pour tracer le contexte scientifique de l’oeuvre et la décrire.

La notice de l’article est disponible sur HALSHS.

De Cassini & Huygens à Cassini-Huygens

Conférence

Mardi 28 Février De Cassini & Huygens à Cassini-Huygens : Dialogues croisés entre historiens et planétologues 

Colette Le Lay & Olivier Sauzereau, Centre François Viète

Stéphane Le Mouélic & Gabriel Tobie, Ingénieur de Recherche & Chercheur CNRS au Laboratoire de Planétologie et Géodynamique

Lieu : Amphi A, UFR des Sciences et Techniques, Université de Nantes, 14h.

Présentation de la conférence : En 1655, l’astronome hollandais Christian Huygens, découvre la plus grosse lune de Saturne, Titan, et observe un cercle plat autour de la planète géante, dont les structures en anneaux seront décrites pour la première fois par l’astronome italien Giovanni Domenico Cassini en 1675. 350 ans plus tard, la mission internationale Cassini-Huygens, nommée en l’honneur de ces deux astronomes, atteint le système de Saturne. Après avoir été largué par la sonde américaine Cassini, le module européen Huygens se pose à la surface de Titan le 14 janvier 2005, devenant ainsi le premier engin humain se posant aussi loin dans le système solaire. Pendant plus de douze ans, la sonde Cassini a continué son périple autour de Saturne, apportant une formidable moisson de données sur le système de Saturne. A partir de dialogues croisés entre deux historiens et deux planétologues, nous vous invitons à revivre cette formidable épopée vers les mondes de Saturne qui s’est entamé il y a plusieurs siècles et qui se clôturera le 15 septembre 2017 par un plongeon final de Cassini dans l’atmosphère de Saturne.

Le GHACFV est impliqué dans le projet ANR Bureau des longitudes

Bonjour. Nous sommes plusieurs du GHAFCV à être impliqués dans le projet financé par l’ANR et piloté par nos amis de Nancy (Martina Schiavon et Laurent Rollet) : « Le Bureau des longitudes, de la Révolution à la Troisième République ». Nos contributions alimentent notre projet SPICA : recherches sur une Institution méconnue : le Bureau des longitudes.

(Observatoire du Bureau des longitudes au Parc de Montsouris – Credits photo : Guy Boistel, 2010)

Le carnet de recherches ANR sur le Bureau des longitudes est ici : http://histbdl.hypotheses.org/ 

Les PV numérisés et les expositions virtuelles sont ici : http://bdl.ahp-numerique.fr/

A bientôt pour des nouvelles et des publications mises à jour.

Guy Boistel et Colette Le Lay.

Soutenance de thèse de Frédéric Soulu

Frédéric Soulu soutiendra sa thèse intitulée

« Développement de l’astronomie française en Algérie (1830-1938). Astronomie de Province ou astronomie coloniale ? » (résumé ci-dessous)

mercredi 14 décembre 2016, à 14h, à la salle des séminaires du Centre François Viète, Université de Nantes (Univ. Bretagne-Loire) au département de mathématiques, devant le jury suivant :  PU. David Aubin,  PU. Philippe Nabonnand, PU. Hélène Blais,  PU. Scott Walter,  MCF Martina Schiavon. Directeur de thèse Guy Boistel

En raison du plan vigipirate, l’accès des locaux se fait par une porte badgée située au rez-de-chaussée d’un bâtiment ; plusieurs personnes seront disponibles pour ouvrir cette porte à laquelle il faut sonner, avant l’heure de la soutenance.

 Résumé :

« Le développement de l’astronomie française en Algérie » décrit et analyse les pratiques des acteurs des sciences de l’observatoire en contexte colonial, entre 1830 et 1938.

Pendant la première période identifiée (1830-1855), les savants civils et militaires développent la météorologie sur le terrain algérien sous le contrôle de l’armée française. Ils agissent dans la perspective de l’assistance aux combats et de la diffusion de l’image d’une colonie agricole propice au peuplement. Le premier réseau météorologique organisé par l’État français se déploie à partir de 1841 dans l’espace  conquis. Des observatoires temporaires sont destinés à des opérations géographiques. 

Sous la pression des colons civils en Algérie et à la faveur d’un changement de régime politique, une station astronomique civile est fondée à Alger en 1858. Elle est dotée d’un grand télescope, le plus grand de France, destiné à un programme astronomique prestigieux.

Entre 1855 et 1885, les acteurs évoluent dans un cadre de grande autonomie par rapport au centre parisien et les pratiques oscillent entre innovation, comme les prévisions météorologiques, et services au Gouvernement général. La dernière période étudiée, entre 1885 et 1938, est celle des lunettes d’astrométrie. Ces instruments permettent la détermination de positions géographiques.

Initiée par la pénétration militaire du Sahara algérien et les débuts de l’enseignement supérieur colonial à Alger, la période est marquée par la construction d’un observatoire permanent. Sur le site de la Bouzaréah, se développe une tradition astrométrique caractérisée particulièrement par la participation au programme de la Carte du ciel.

Lancement de l’ANR sur le Bureau des longitudes (1795-1932)

affiche-colloque-version-18-oct

Mardi 22 novembre, en salle Cassini de l’Observatoire de Paris, une journée d’étude propose de dresser le bilan de la numérisation des PV du BdL dans le cadre de BSN5 et de lancer l’ANR qui va valoriser ces archives. Plusieurs membres du GHA sont des membres actifs de l’équipe réunie autour Martina Schiavon et Laurent Rollet (Archives Poincaré, Nancy) et Nicole Capitaine (Bureau des longitudes). La journée d’étude est ouverte au public, sur inscription, sur le site.

En voici le programme : programme-colloque-version-finale

Conférence Fête de la science 11 octobre

intro

La désormais traditionnelle conférence du CFV pour la Fête de la science aura lieu le 11 octobre à 17h, amphi 111 de la Faculté des sciences.

Elle réunira des chercheurs du CFV et du LPG sous le titre « Regards croisés d’historiens et de planétologues sur l’exploration de l’espace ». Ci-dessous le flyer :

flyer-fds2016

Le séminaire hebdomadaire du CFV démarre le 20 septembre

La saison 2016-17 du séminaire hebdomadaire du CFV débute. Nous avons extrait quelques séances assurées par des chercheurs avec lesquels nous travaillons ou que nous avons invités :

20 septembre 2016

Laurent Rollet, Archives Henri Poincaré, Université de Lorraine, Faire un dictionnaire des enseignants d’une faculté des sciences de province : Nancy, 1954-1918. Histoire et enjeux du projet

11 octobre 2016 – Fête de la Science

GHA et LPG, Université de Nantes, Regards croisés d’historiens et de planétologues sur l’exploration de l’espace – Exceptionnellement – Amphi 111 (UFR Sciences et Techniques, Bât. 26)

24 janvier 2017

Isabelle Lémonon, EHESS, Centre Alexandre Koyré, Paris, Femmes et pratiques des sciences dans la France des Lumières

7 février 2017

Christophe Schmit, Syrte, Observatoire de Paris, D’Alembert et la dynamique. Contexte et originalité

21 mars 2017

Matthieu Husson, Syrte, Observatoire de Paris, Sur les tables astronomiques anciennes

Le projet BdL1795-1832 sélectionné par l’ANR

320px-Agence_Nationale_de_la_Recherche.svg

Nous avons le plaisir d’annoncer que le projet ‘Le Bureau des longitudes (1795-1932) : de la Révolution française à la Troisième République’ a été sélectionné sur l’appel à projets générique 2016 de l’ANR. Ce projet dirigé par Martina Schiavon et Laurent Rollet est accueilli et soutenu par la MSH Lorraine depuis 2014. Il associe la MSH Lorraine, le Bureau des Longitudes et les Archives Henri-Poincaré et sera financé jusqu’à fin 2020. Plusieurs membres du GHACFV y participent.

Fantasmes polaires et début de la glaciologie

le-monde-givre

Notre amie Frédérique Rémy, directrice de recherches CNRS à Toulouse, vient de faire paraître chez Hermann son nouvel opus, Le monde givré, dont une partie trouve sa source dans le mémoire de Master 2 soutenu au Centre François Viète en 2010. Elle y retrace les fantasmes polaires et les débuts de la glaciologie, en poursuivant son questionnement sur les mots et concepts associés.